Lis istori d'Estève

03 août 2019

dounas-me aquéu fusiéu !

Lou brave Coudeno, lou drole de Bartoumiéu de l’oustau penja de Sant Gabriéu à coustat de Sant Estève dou Grès es davans lou juge de Tarascoun. Un gardo l’acuso d’agué cassa à la Mountagneto sènso permès.
- N’es pas verai ! crido Coudeno. Anave vèndre mon fusiéu à Mestre Pétourlet, l’armier de Castèu-Reinard. De-qué voulès que casse iéu, siéu trop maladré…Tenès, Moussu lou juge, dounas-me aquéu fusiéu ! Se vous agante, d’aqui aqui, vous pague lou proucès verbau !

Posté par escapade musique à 07:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]


La Chucho-Moust

La Chucho-Moust de Sant-Cezaire-sus-Siagno, l’avès touti couineigudo , aquèlo que fasié d’oli amé lis óulivo de Moussu Jullian. Aquèu Moussu Jullian que s’èro acouquina amé la pichoto louiseto, sabès aquelo Louiseto qu’avié voula un parèu de braié à la Damisello Sarrat dou quiéu, qué tenié merçarié darrié la gleiso. Basto ! acò es pas lou proublèmo. Fasen pas li marrido lengo. Sian pas aqui per escriéure tóuto la tradicioun etimoulougico d’aquèu poulit vilajoun. Eici nous pagon pas per acò. Adounc, disiéu, La Chucho-Moust èro à taulo amé soun ome e sis enfant ; e, coume es un pau pico-pèbre de nature, tout lou tèms dóu soupa desmentissié sou nome, qu’èi que diguèsse. Aqueste, que sabié qu’abié resoun, sènso trop se metre en coulèro, prenié la damo-jano qu’èro sus la taulo, se vuejavo un grand goubelet de vin, lou bevié e disié : « Se ço que dise es pas la verita, vole qu’aquéu goubelet de vin m’empouisoune ! » La femo emé soun testardige revenié à lou contre-dire e l’ome, zóu, mai ! prenié la damo-jano, se vuejavo un plen goubelet de vin, lou bevié e disié : « Se ço que dise es pas la verita, vole qu’aquéu goubelet de vin ….. »
De goubelet en goubelet, lou quiéu de la fiolo coummençavo à se faire vèire. Lis enfant, esfraia :
-« Maire, faguèron, digués vite coume éu, autramen nàutri mouriren de la set ! »

Posté par escapade musique à 07:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

JAN PET’O’FOUIRO

Jan pèt o fouiro dé Castèu Reinard, l’avès touti counigu, astacavo pas si chin amé des soucisso, e aviè pas la réputacioun de paga dos cops li cause !
I’a un mès d’aco mé trouvavo au café Chabanier à chima moun pernod amé lou perceptour. A vounze ouro, vésen arriva aquèu bravo Jan qué vénié , coume a l’acoustumado, touti li jour à vounze ouro preciso, sé n’èn manda quauqi un.
S’assète à la taulo a coustat dé nous-autre. E digué
-« Martoun mandé mé lèu un Pernod… avans qu’aco coumenço ».
- Martoun aviè pas pausa aquèu proumié Pernod sus la taulo qué…zou, lou veire fuguè bégu !!
-« Martoun, va’ ié, mande me acar’un…avans qu’aco coumenço ».
Aqui, Martoun carcule dins sa teste : « Maï de qué vòu dire Janet amé aquèu « avans qu’aco coumenço». Dé quei que va coumença ? Dé ségur vaï pas coumença à travaia, faï rèn de la journado. Sian Dilun et lou dilun n’ i’a gès de councours de boulo, es pas aco qué vaï coumença. Basto ! vaï ié cerca un’autre Pernod. Pas plus lèu aquéù Pernod servi zou mai, lou Janet n’en faï qu’uno boucado.
-« Boudiou fagué lou buvèire, vaï toumba un grasillas au jour-d’uei, té n’en dise pas mai ! aco va nous séca la gargamello ! »
-« Té Vé Martoun,sièu proun asserma, vaï mé cerca un’autre Pernod…avans qu’aco coumenço ».
E zou maï, en mens dé tems que fau per lou dire aquèu Pernod fugué mai avala.
Jean pèt o fouiro coumencavo de parpeleja. Fagué claqueja dous cop sa lengo dins la bouca e anouncé :
-« Ma bravo Martounetto, sé mé n’en metiés enc’a’un de Pernod ? avans qu’aco coumènco ».
Et glou glou glou adieù lou quatreiemo Pernod.
Pièi sènso leva la lengo, tout en douçour, s’esquiho pèr prendre la porto.
Martoun, qué survihavo lou couquinas ié vèn.
-« Hé Oh Jan, as pas bégu d’aigo-bénito… e li sòu, quau mé li doune ? »
-« Oh grand couquin de sort !! lou sabièù, ié sian…ACO COUMENÇO !! »

Posté par escapade musique à 07:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Au stade de Marsiho

L’autre dissate, Jejè e soun nebout èron dè-per davans lou stade de Marsiho. Ero l’ouro que li pourtalié annavon duerbi li porto.
- Oh capoun de bon goi, pichot, ai oublida li biheto à l’oustau ! Va t’en ié lèu en courrènt. Zou, despacho-te’n pau !
- O ! ié vau moun ouncle.
- E lampo ! qu’anèn pas vèire lou coumençamen.
Coume Jejè restavo dóu coustat de Mazargo, ero pas liuen, après belèu dès o vounge minuto lou pichot èro mai aqui. Tout blancas, susant à gros degout, desfacia, trevira, tremoulant coume la fueio de l’aubre e pale coume un mort.
-Moun ounclo ! moun ouncle ! Oh…..
-O ! Mai de que t’arribe? de qu’as ? noun as trouba li biheto ?
- Nàni ! Nani ! Oh moun ounclo ! Adiéu la partido de baloun ! sian kiue !!
- Mai, va ié grand Sant Gèns !! me lou diras pamens ço que t’arribo !
- Bèn, à l’oustau, moun ouncle, i’avié la tanto Nino au sòu, coume s’avié cabussa dis escalié. Boulego plus ni bras ni piauto ! brande pas mai qu’un plot. Oh moun ouncle, crese qu’es morto !
-Oh grand couquin de sort !!! m’as fa pòu, couioun !! à te veire, cresiéu que Florian Thauvin jougavo pas vuei !

Posté par escapade musique à 07:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La brosso de Bougneto

Se de cop que i’a, un bèu jour, passejas dòu coustat de Tourtour, arresta vous . Jamai iéu n’ai vist un tant poulit vilage ! E se vous agrado de manja un deleitable couscous, anas devers « La Mimounia », manjares pèr vostri sòu ! Anas ié de ma part.
Basto ! aro me souvene plus ço que vouliéu vous dire… Ah vaqui…. A Tourtour ai uno cousino en segound. Ié disoun Bougneto, e pourto bèn soun noum tant ei crassouso e mau-neto.
Un matin de bono ouro, Bougneto à mita couifado, li péu toumbant sus sis ieu, bourroulo la soupo que sa maire vèn de trempa e que tube sus la taule. Acò despaciènto sa maire :
« Bougneto, ma caio, acabo lèu de te couifa e laisso aquelo soupo.
- Maire, cerque ma brosso que l’ai toumbado dins la soupo.
- Pourcasso ! ié fai sa maire en i’aloungant un bacèu, vai èstre propro aquelo brosso quand aura trempa dins lou bouioun ! ».

Posté par escapade musique à 07:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


PISSAGNO D’ENFANT

 

Dins lou tèms , en Prouvènço, quand un enfant pissavo au lié, sé disié toujour que, pèr lou gari, ié falié faire manja un gàrri.
Aquelo cresènço, pareis que vèn de liuen, pareilalin de l’Ouriènt, e per vous lou prouva veici ço que se legissié dins la « chronique médicale » dóu dóutour Cabanès dins li annado dès-e-nòu cènts :
« En Turquie, pour guérir de l’incontinence nocturne d’urine, on force l’enfant à manger de la viande de rat rôti. Pour que le remède produise son effet, il faut que l’enfant sache qu’il s’agit d’un rat et qu’il en mange avec répugnance ; la secousse nerveuse qu’il en résulte doit le guérir. »
« Se pisses mai au lié, te faren manja’n gàrri !! »
Acò pamens … Crese qu’acò m’auriéu coupa lou siblet !

Posté par escapade musique à 07:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lou burèu de Poste.

Quand abitian encaro au Mas Sant Jan, me souvène qu’un bèu jour d’estiéu ma maire esperavo un còli de la Posto ; e mé mandé veire s’èro arriba.
-Bonjour, Madamo la Recevuso, ié faguère, veniéu vèire s’aurias pas un còli pèr ma maire d’eila dóu Mas San-Jan ?
-As li pèço pèr lou retira, pichot?
-Ah ! nàni. Sabiéu pas…
-Eh ! bèn, moun pichot, va t’en ié li querre.
E me vaqui mai à refaire ma lègo e miejo de camin à la bono calour d’un tantost de juliet. Arribère au mas trempa coume uno soupo.
- Mama, m’andi de veni querre li pèço pèr pousqué retira lou còli.
- Que sièu fachado, moun tresor, de te douna tant de peno emé la calourasso que fai vuei, tè, beve aquéu chicoulet e vai lèu querre aquéu còli, n’en siéu forço pressado. N’auras qu’à remetre aquest papié à la Recevuso.
Beguère moun chicoulet ; emé moun moucadou sequère la susour que me rajavo dóu front e zou mai, partiguère pèr refaire au souleias ma lègo e miejo de camin.
Enfin arriva au burèu :-Eh bèn ! Madamo, aquest cop ai li papié, ve-lèis-aqui. Me rendrés service en ma remetènt aquest còli sènso ma faire trop espéra ; siéu tout susant e voste burèu es un pau fres.
- o, ié siéu, moun pichot.
Alor madamo la Recevuso regardè li paquet un après l’autro, pièi me diguè : Eh bèn ! pichot, diras à ta maire que n’i’a ges ; sara belèu pèr un autre jour !
Aquéu jour m’ère fa la proumesso que de tout tèms e jamai, travaiarai dins un burèu de Poste. Vesès que siéu un ome de paraulo !!

Posté par escapade musique à 07:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

N’ai ENTENDU dous din lou bataioun que disien rèn

Quand fasiéu l’armado me souvène d’un capitàni, que nous fasié canta tóuti li jour lis inne de noste regimen. Que plòugue, que nève, touti li matinado coumençavon invariablamen amé la cansouneto.
Un bèu jour que coumençavian nostre retintoun :
-« Dans la bataaaaaille ou la tempêêête….
D’un cop lou capitàni cridè : Alto ! arrestas-vous ! fau recoumença ! tóuti cantas pas : N’ai ENTENDU dous din lou bataioun que disien rèn !

Posté par escapade musique à 07:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

UNO COUMESSIOUN BEN FACHO

Aqueilo me vèn d’un grand-ouncle, Léopold Vidau, felibre cabanèn.
UNO COUMESSIOUN BEN FACHO
« Vai lèu en Arle encò de l’abouticàri, cerca un clistèri pèr lou Mestre qu’es en trin de mouri, diguè Fefin, la tanto de Parado, à Coulau, un jouine varlet de 12 an qu’arribavo tout nòu dóu Martegue, vejaqui l’ourdounanço.
Coulau encambè la cavaloto, e dins mens d’uno ouro fuguè à la boutigo de moussu Troucho lou farmacian.
« Bonjour, moussu, voudriéu un clistèri.
-Lou voulès prendre ici, o bèn voulès que vous lou porton ? Se lou prenès eici, es vint sòu, e, se lou fau pourta, n’èi vint-e-cinq, raport à la boutiho. »
Coulau, que sabié que li gènt d’Arle veson veni li pàuri meinagié, e que couneissié tanto Fefin regardanto, respoundeguè que preferissié lou prendre.
L’abouticàri lou faguè rintra dins un pichot cantoun, e dins un vira-d’iue ié faguè avala lou bouioun pounchu caud à poun.
Noste ràfi n’en revenié pas, mai, vouguènt pas avé l’èr d’un Martegau que saup rèn de rèn, acampè un grand chut, paguè e resmountè à chivau en se demandant de queto maniero poudrié faire prouficha lou Mestre dóu clistèri que Moussu Troucho venié de ié douna.
Aguè pas fa vint pas que se retourno en se tenènt lou vèntre… Rintro coume un esclaire encò de l’abouticàri : « Tenès, moussu, vejaqui encaro cinq sòu, mai fasès-me lou plesi de lou metre en boutiho, car sènte que jamai poudriéu lou pourta enjusqu’au mas, n’ai déjà escampa mai de la mita, e lou rèsto èi pas liuen. »
Moussu Troucho, qu’avié vougu un pau rire, riguè, e dounè pèr rèn dins uno boutiho un segound clistèri à Coulau qu’après avé un pau seca si braio retournè au mas, fier coume Artaban d’avé tant bèn fa la coumessioun, e de saupre la diferènci que i’a entre prendre un clistèri o lou pourta en boutho.
Lou paure pichot me la countè en grand secrèt, me fasènt proumetre de la garda pèr ièu ; veses que siéu un ome de paraulo.
Cabano. L. VIDAU.

Posté par escapade musique à 07:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jan Petagan e lou sa

Aquest dilun, Jan Petagan de Castèu- Reinard ero ana cerca un sa de tartifle à sa terro dis Isclo ; em’aco, sus lou tard, revenié à soun oustau emé soun sa sus l’espalo. De tèms en tèms, fasié pauseto en pausant soun sa, e quand avié boufa repartié mai. Quand fuguè sus la routo d’Avignoun, se devina, que lou passère emé moun automoubilo en vanegant de l’espitau d’Avignoun.
-« Hòu ! que ? Jan, me sèmblo que n’as ti pléni braio ! mounto dins l’automoubilo.
Jan Pétagan, se faguè pas prega, s’assetè de-pèr darrié de moun coustat.
Au bout d’un moumenet, me revire e vèse Jan Petagan que gardo soun sa sus l’espalo :
- Mai que ? Jan, ié fau, siès pa’n pau couioun ! pauso toun sa !
- Mancarié plus qu’aço, me respondiguè Jan Petagan, pas proun de me pourta iéu, faudrié encaro que pourtessias moun sa !

Posté par escapade musique à 07:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]